Elles sont apparues plus tôt que l’Homme. Leur existence a permis à l’Humanité de survivre et de profiter de leur travail. Elles, ce sont les abeilles. De véritables fées. Mais contrairement à ces êtres fantastiques, elles sont bien réelles. Elles nous apportent la douceur au quotidien, une douceur que l’on désigne sous le nom poétique de « miel ».

La vie extraordinaire des abeilles

La vie des abeilles est rythmée comme du papier à musique. La saison des beaux jours succède à la période d’hivernation. Pendant les jours ensoleillés, les abeilles vivent entre 30 à 45 jours. Les jours d’hiver, elles vivent au ralenti. Leur longévité atteint parfois 6 mois.
Dès sa naissance, l’abeille apprend à nettoyer son alvéole. D’ouvrière, elle passe au rang de nourrice, en élaborer les cadres de la ruche. Les alvéoles aussitôt prêtes abriteront le pollen, le couvain et le miel. Puis, elle revêt son rôle de ventileuse, pour conserver la ruche à la bonne température. En même temps, elle assure la survie de la colonie. Enfin, lorsqu’elle devient butineuse, elle se charge de défendre la ruche. Elle passe le plus clair de son temps à la récolte du pollen et du nectar des fleurs pour nourrir la colonie. Une abeille remplit ses devoirs jusqu’au bout, pour enfin déposer les armes dans les champs de travail.

Le miel dans les traditions de l’apiculture à Madagascar

Le miel de Madagascar est très apprécié. Sans nul doute, en raison de la diversité de sa flore. Le parfum et le goût du miel sont imparables et incomparables. On a la chance de déguster du miel d’eucalyptus, tout comme on peut savourer du miel de litchi. Le miel de niaouli est aussi un autre fleuron de la gamme malagasy.

Les abeilles dans leur jardin d’hiver

Pendant la saison hivernale, les abeilles réduisent naturellement leur temps de travail. Pour se tenir au chaud, elles s’agglutinent en grappe. Elles se nourrissent essentiellement des réserves engrangées pendant les jours de travail intense. Elles entrent alors en hibernation. Ceux qui investissent dans la survie de l’apiculture à Madagascar ont un profond respect pour ce cycle, pour le moins extraordinaire. C’est comme si le temps s’arrête, lorsque les abeilles sortent de moins en moins de leur ruche. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, l’on veille à la qualité des champs de fleurs. Les ouvriers gardent jalousement les sanctuaires. Ces derniers qui partagent avec les abeilles, l’amour pour la nature et le grand air.

Le nectar pour des saveurs mielleuses variées

Sans le jardin, il n’y aurait pas de fleurs. Sans les fleurs, le nectar serait aux abonnés absents. Et sans le nectar, l’on ne profiterait pas du miel. C’est toute une aventure qu’une petite abeille traverse pendant ces quelques semaines, ici-bas. Il est donc essentiel pour un apiculteur digne de ce nom d’assurer qu’ils vivent dans les meilleures conditions. Ils doivent disposer d’un champ de fleurs pour extraire du nectar. Et nous, l’on pourra contribuer à parfaire les conditions de vie des pollinisateurs en plantant des plantes mellifères dans le jardin.
Les fleurs interagissent, les abeilles aussi. Une butineuse vient collecter le nectar floral. Pour cela, elle sélectionne les fleurs mellifères pour les aspirer et conserver le nectar dans son jabot. Elle prend son envol et rejoint la ruche, le jabot gorgé de nectar. Elle le régurgite ensuite dans le jabot d’une autre abeille receveuse. Cette dernière commence alors à donner d’elle-même pour transformer le nectar en miel. Ce n’est pas de la magie, c’est de la science.