Les pesticides sont nocifs pour l’environnement en général. Nuisibles pour la flore, dangereux pour la faune, et destructeurs pour la santé humaine. En somme, nous sommes tous concernés. Mais les abeilles sont les plus vulnérables. Les principales responsables de la pollinisation et donc de la reproduction végétale sont aujourd’hui menacées de disparaître. En grande partie, c’est à cause de l’usage abusif des pesticides, dont le glyphosate. Quel est le rôle des pesticides dans cette menace planétaire ?

Rôle des pesticides : elles tuent lentement, mais sûrement

Les pesticides jouent un rôle prépondérant dans la disparition des abeilles. L’équipe de la biologiste américaine, Nancy Moran, a publié récemment son étude sur la nocivité du glyphosate sur les abeilles. Les effets sur les colonies sont tout aussi dangereux que ceux des « néonicotinoïdes ». La substance désoriente le GPS naturel des abeilles pendant leur ronde florale. D’après les scientifiques, le glyphosate trouble la flore intestinale des abeilles. Généralement utilisé comme herbicide, il inhibe effectivement l’enzyme EPSPS dans la synthèse des acides aminés. Ainsi, les abeilles perdent partiellement leur capacité pour la pollinisation et la production de miel.

Une quantité infime, mais puissante

Le rôle des pesticides, dont la glyphosate, dans la disparition des abeilles ne peut être négligé. Dans cette étude menée par les chercheurs texans, il a été révélé que le taux de glyphosate s’élèverait à 5 à 10 mg par litre, dans le nectar des fleurs. Une quantité suffisante pour bouleverser la flore intestinale des abeilles. Pire encore, la préexposition de ces butineuses les rend vulnérables et donc faibles face aux infections bactériennes. Ce qui les empêche in fine de se multiplier. 80 % d’une colonie d’abeilles pourraient disparaître en raison des pesticides, entraînant la disparition des abeilles.

La disparition des abeilles causée par leur propre nutrition

Les abeilles profitent de leurs promenades florales pour se nourrir. Mais leur flore intestinale est manifestement mise en danger en raison de la présence des pesticides sur les plantes butinées. De même, leurs défenses immunitaires baissent inexorablement, les mettant en danger. Outre les autres vecteurs d’extinction : la pollution, le changement climatique, les frelons asiatiques, auxquels elles sont exposées, le glyphosate n’arrangera pas la situation.