La disparition des abeilles est une catastrophe planétaire dont l’humanité n’a pas encore conscience. Ces insectes prennent une part essentielle dans la pollinisation. Cependant, ils sont si minuscules que jusqu’ici, nous ne nous sommes pas rendu compte de leur rôle dans notre existence. Plus de 75 % de la production mondiale de nourriture dépend des insectes pollinisateurs. Et une majorité de plantes sauvages ont besoin des abeilles pour se reproduire. Aux dernières nouvelles cependant, la hausse de la mortalité des pollinisateurs a atteint en moyenne 20 % en Europe. C’est à plus de 50 % dans d’autres pays. Comment faire pour remédier la disparition des abeilles ?

Disparition des abeilles : les causes

Divers sont les causes qui nous ont mené à la disparition des abeilles. La plupart pouvant être éviter, il est capital d’agir sachant que l’impact de nos actes ont un effet sur le long terme sur les pollinisateurs.

Le dérèglement climatique

Le dérèglement climatique qui entraine la réduction de ses habitats naturels, c’est une des raisons à cela. En hiver, la mortalité de ces insectes a atteint un taux anormalement élevé de 50 %. Les causes pathogènes accélèrent l’effondrement des ruches d’abeilles : la présence de virus, de parasites et de champignons.

L’utilisation de traitements phytosanitaires

Mais c’est bien loin d’être la seule cause de la réduction massive du nombre d’abeilles dans le monde. Il y a également les causes humaines telles que l’utilisation de traitements phytosanitaires. Leur toxicité est avérée. Les différentes populations souffrent de l’utilisation de pecticides dont l’effet dure pendant des années. D’une part, ils ralentissent leur développement, causent des malformations. Ils leur font même perdre leur orientation. De ce fait, les abeilles n’arrivent pas à retrouver leur ruche. D’autres parts, même si ces produits toxiques ne sont pas directement aspergés sur les abeilles, il arrive que ce soient les nectars récoltés qui contiennent des résidus. Cela peut même être les pollens ou même l’eau qui est utilisée pour arroser les plantes.

Les hommes s’adonnent à des monocultures intensives

La menace qui plane sur la biodiversité de ces insectes pollinisateurs est aussi une raison de ce fléau. Cela fait que les surfaces ayant des plantes à fleurs sont grandement réduites. Les abeilles n’ont plus assez à manger. Elles n’ont pas assez de force pour survivre sur une longue période en conséquence.

Les solutions face à la disparition des abeilles

La classe des néonicotinoïdes est cent fois plus dangereuse que celles d’autres pesticides. Ces produits peuvent causer des ravages chez nos amis les habitants de la ruche. Par exemple, un petit grain de maïs qui a été exposé à ce type d’insecticide peut tuer plus de 50 000 abeilles.

Une sensibilisation auprès des acteurs de la culture

Si les abeilles disparaissent, il en sera de même pour les plantes agricoles qui représentent 35 % de notre alimentation. La mise en place d’une agriculture respectueuse de l’environnement est alors plus que recommandée. Le but étant d’éviter l’extinction de cette espèce.

Soutien à la production du miel naturel

Poussons également les apiculteurs qui produisent du miel naturel pour qu’ils avancent dans ce sens. Prendre part plus concrètement à ce combat est possible par le biais de parrainage de ruche. Chaque action compte, aussi minime soit-elle. C’est tout simplement parce que ce n’est pas la taille de l’investissement qui compte, mais les conséquences sur ces petites bêtes minuscules sur lesquelles compte notre écosystème.